webleads-tracker

RETOUR

Nouvel article santé : Le Dossier Médical Personnalisé

Francis Brichet, Directeur du développement Santé, répond aux interrogations de 20 minutes concernant la sécurité des données du DMP et l'essor du DMP.
Le journal 20 minutes tente de répondre à 6 questions concernant le DMP, généralisé à partir d’octobre à tous les Français munis d’une carte de Sécurité sociale.

Francis Brichet répond aux deux dernières questions sur le DMP :

Photo Francis Brichet, responsable du développement COREYE Healthcare
 

Comment s’assurer de la sécurité des données ?

C’est un des enjeux majeurs de cette innovation. Et sans doute une explication de son accouchement tardif… Le DMP se veut hautement sécurisé et les données sont stockées chez un hébergeur agréé sélectionné par le ministère. « Il faudra que l’hébergeur porte une attention particulière à la sécurité parce que c’est une cible convoitée, prévient Francis Brichet. Les données de santé coûtent 5 à 30 fois plus que des données bancaires. »

Si ces informations privées tombent dans de mauvaises mains, les conséquences peuvent s’avérer catastrophiques. « Imaginez que la Toile apprenne qu’un patron du CAC 40 souffre d’un cancer, l’action de la boîte va chuter. » Et de façon plus générale, ce big data risque d’intéresser les assurances. « Pour le moment, elles n’auront pas accès au DMP, rassure Francis Brichet. Mais à l’avenir, il faut que le patient garde sa liberté de ne pas communiquer ses données de santé aux assurances, qui pourraient s’en servir pour augmenter leurs tarifs si vous buvez et fumez… »

Est-ce que ce DMP va convaincre ?

Seul l’avenir le dira. La Cnam espère atteindre le palier des 2,3 millions de dossiers ouverts fin 2018. Le système, s’il veut devenir un cercle vertueux, a besoin de l’adhésion des patients. L’expérimentation dans neuf territoires pilotes a permis d’ouvrir 500.000 DMP en un an, s’est félicitée l’Assurance maladie en juillet.

« Maintenant que ça existe et qu’on a dépensé beaucoup d’argent, il va falloir s’en servir ! L’intérêt c’est de sauver des vies ou en tout cas améliorer les soins, ce n’est pas rien », conclut Francis Brichet.

 


Retrouver l'article complet "Dossier médical partagé: Six questions pour comprendre à quoi va servir la généralisation du «DMP» en octobre" sur le site de 20 Minutes.

Santé
RETOUR

Offres